Site emploi marketing et forces de vente
GMS, Proximité, Hors Domicile et BtoB

Entretiens de recrutement : osez avouer vos défauts



Interview Magali Kruiper Blanchais, consultante au sein du cabinet de recrutement Forstaff


Lors de vos entretiens de recrutement, demandez-vous systématiquement aux candidats quels sont leurs défauts ?

En entretien nous interrogeons toujours les candidats sur leur capacité à se remettre en question et à s’introspecter. Nous partons d’une conviction : faute avouée, à moitié pardonnée. Mieux on connait et reconnait ses faiblesses, plus il est facile de les compenser et de les compléter. Exprimer et expliquer ses points d’amélioration facilite les relations interpersonnelles et permet d’optimiser la complémentarité dans le travail d’équipe.

Quels constats faites-vous concernant leurs réponses ?

En situation d’entretien, les candidats sont trop méfiants et résistants à parler de leurs faiblesses, convaincus qu’ils doivent « se vendre » et ne montrer que leurs bons côtés. Or selon nous, recruteurs, l’entretien sert à faire connaissance avec le candidat, c'est-à-dire apprendre à savoir qui il est, ses bons et ses mauvais côtés. Nous ne sommes pas naïfs ou aveugle au point de penser qu’il n’y ait qu’une face sur la pièce qu’ils viennent nous jouer…

Qu’aimeriez-vous entendre comme réponse ?

Une réponse la plus sincère, naturelle et authentique possible. Si la personne doit nous dire qu’elle a peur de parler aux autres, qu’elle est très timide et qu’il s’agit d’un combat de tous les jours pour aller vers les autres, si cette personne postule à un poste de commercial, on peut s’interroger de la possibilité de cette personne à s’épanouir dans ce type de poste. On peut nommer des points de faiblesses, si on sait comment faire avec et qu’on peut argumenter sur le mode relationnel que l’on a trouvé pour faire en sorte que cela ne soit pas un problème, mais plutôt un avantage à d’autres niveaux.

Pourquoi pensez-vous qu’il faut oser avouer ses défauts lors des entretiens de recrutement ?

D’une part, parce que « faute avouée à moitié pardonnée ! ». Si vous savez expliquer et vendre vos qualités, ce que vous apportez à la structure, et que vous êtes crédibles à ce sujet, vous pouvez être crédible et légitime à préciser, que parfois vous êtes plus stressé et que dans ces cas là un peu plus irritable, par ex. Vous pouvez expliquer ce qui vous met mal à l’aise, ce qui vous insupporte, cela permet de mieux vous connaître, facilite votre management, facilite le travail avec les autres, on sait comment fonctionner avec vous….

Quels conseils donneriez-vous aux candidats afin de les aider à identifier leurs défauts et à les présenter sous leur meilleur jour ?

Se nourrir de ce que pensent les autres, sincèrement, d’eux, leurs proches, leurs patrons, leurs collègues et leurs tuteurs de stage. Qu’ils demandent aux autres d’expliquer ce qui les dérange, dans la façon d’être en relation, non pas seulement sur les compétences et savoir-faire, mais plutôt sur le savoir-être et comment ils s’en accommodent, par quoi c’est compensé ?

Y-a-t’il tout de même des défauts qu’il ne faut pas avouer ? 

Si vous souhaitez vraiment exercer un métier en sachant que vous n’êtes pas du tout fait pour cela, alors, il vaut mieux expliquer ce qui nous laisse penser que vous allez tout de même réussir dans la fonction.

Tout est dans la forme et la cohérence ou non avec les besoins du poste.

Offres d'emploi à pourvoir actuellement